Mali : Affaire aéronef et équipements militaires : après Camara, au suivant !

38
Views

Après l’incarcération de l’ancien ministre, mais directeur de cabinet du président de la République au moment des faits, Mahamadou Camara, et de Nouhoum Kouma dans l’affaire dite l’achat de l’avion présidentiel et d’équipements militaires, des poids lourds commencent à tremper.

Désormais, personne ne voudrait qu’un certain Mamadou Kassogué,procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la Commune III du District de Bamako, chargé du Pôle économique et financier, fouille dans ses casseroles. Aujourd’hui, l’ancien Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, l’ancienne ministre des Finances, Mme Bouaré Fily Sissoko, l’ancien secrétaire général de la présidence de la République, Moustapha Ben Barka et l’ancien conseiller spécial à la présidence de la République, Sidy Mohamed Kagnassy, ne sauraient dire le contraire. D’autant plus que leurs noms sont déjà dans le registre dudit procureur dans le cadre des enquêtes sur l’achat de l’avion présidentiel et d’équipements militaires.

Alors que l’affaire, classée sans suite, avait donné une sorte de privilège aux personnes impliquées et qui se croyaient plus bénies, tout s’écroule brusquement, créant ainsi la peur dans leurs ventres.« En décembre 2019, suivant instructions écrites du ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, le Parquet a décidé de la réouverture des enquêtes dans l’affaire relative à l’acquisition d’un nouvel aéronef (avion présidentiel) et à la fourniture aux Forces Armées Maliennes d’un important lot de matériels d’Habillement, de Couchage, de Campement et d’Alimentation (HCCA), ainsi que des véhicules et pièces de rechange; laquelle affaire avait préalablement fait l’objet d’un classement sans suite »,a déclaré Mamadou Kassogué dans un communiqué publié le 27 mars 2020.

Dans le même document, le Procureur en charge du Pôle économique et financier de Bamako, ajoute : « Les investigations complémentaires menées par la Brigade économique et financière du Pôle économique et financier de Bamako ont permis de conforter les graves manquements à l’orthodoxie financière et comptable, relevés par le Bureau du Vérificateur Général, avec des faits de détournements de deniers publics sur fond d’opérations frauduleuses pour un montant de 9 350 120 750F CFA et de surfacturation par faux et usage de faux pour un montant de 29 311 069 068F CFA. »

Faux, usage de faux et complicité…!

Après exploitation des différents documents, avance-t-il, le Parquet a requis l’ouverture d’une information judiciaire et un Cabinet d’instruction spécialisé du Pôle économique et financier de Bamako a été désigné pour instruire sur les faits de faux en écriture, usage de faux et complicité de ces faits, de complicité d’atteinte aux biens publics par usage de faux et autres malversations et de complicité de favoritisme, contre les nommés Sidi Mohamed KAGNASSY, Amadou KOUMA, Nouhoum KOUMA, Soumaïla DIABY, Mahamadou CAMARA et Marc GAFFAJOLI.

« Par ailleurs, en raison des graves présomptions de faits de faux en écriture, usage de faux, atteinte aux biens publics, corruption et délit de favoritisme, qui ont pu être relevées à l’encontre des nommés Soumeylou Boubéye MAIGA, Madame BOUARE Fily SISSOKO et Moustapha BEN BARIKA, qui étaient tous ministres au moment des faits, le Parquet a procédé à la transmission des éléments d’ enquêtes au procureur général de la Cour Suprême pour saisine de l’Assemblée Nationale, conformément aux dispositions pertinentes des articles 613 du code de procédure pénale et 15 de la Loi portant composition, organisation et fonctionnement de la Haute Cour de Justice »,peut-on lire dans le communiqué.

Au regard de la fermeté de ce procureur, l’on se permet de dire que Mahamadou Camara et Nouhoum Kouma ne sont que des précurseurs et que les gros poissons ne tarderont pas à les suivre à la prison centrale de Bamako. Mais entendant l’installation de la nouvelle Assemblée nationale et la désignation du nouveau président de la Haut Cour de la Justice, Soumeylou Boubéye MAIGA et Mme BOUARE Fily SISSOKO pourront continuer d’implorer le ciel ou tout simplement de méditer sur leurs sorts. Car, ce qui est évident, c’est que le procureur Kassogué accepte difficilement d’enterrer un dossier, surtout quand il s’agit d’une affaire concernant la corruption ou la délinquance financière. Quant à l’ancien ministre, Mahamadou Camara, il doit encore se patienter dans sa cellule jusqu’à la fin des enquêtes.

Affaire des avions cloués au sol: que les suspects se préparent !

Le plus gros scandale financier récent concerne bien l’achat des deux hélicos Puma en 2017. Lesquels se trouvent toujours cloués au sol faute de maintenance appropriée. A propos de ce dossier, le procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la Commune III du District de Bamako, chargé du Pôle Economique et Financier, Mamadou Kassogué, souligne : « S’agissant des autres affaires portées à la connaissance du Parquet, notamment celle relative aux avions cloués au sol, les investigations suivent normalement leurs cours et feront l’objet d’une communication ultérieure. »

C’est dire que rien n’a pour l’instant été oublié ou abandonné par le parquet. Donc, les suspects doivent, d’ores et déjà, commencer à se préparer.

Ousmane BALLO

Source : Ziré

38

0 0 voter
Évaluation de l'article

Mali : Affaire aéronef et équipements militaires : après Camara, au suivant !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments